Marque la plus détenue : 14 561 personnes interrogées de février 2019 à mars 2023. Institut Iligo

Sommeil, santé & bien-être

Pourquoi faisons-nous des cauchemars ?

Solène

4 mars 2024

Nous nous sommes déjà tous réveillés en sueur et paniqués au milieu de la nuit, en ayant du mal à distinguer la réalité de l’aventure que nous croyons avoir vécue. Cette sensation que nous expérimentons plus ou moins souvent résulte souvent d’un cauchemar. Ce mauvais rêve qui se présente le plus souvent occasionnellement peut cependant véritablement affecter la qualité de nos nuits et de notre sommeil. Alors qu’est-ce qu’un cauchemar exactement ? Pourquoi est-il nécessaire ? Pourquoi fait-on des cauchemars ? S’agit-il d’un trouble du sommeil et comment les éviter ? Nous avons entrepris de vous guider pour mieux comprendre ses mauvais rêves et trouver les moyens de passer des nuits plus sereines.

Qu'est-ce qu'un cauchemar ?

Selon le dictionnaire de l’Académie de médecine, le cauchemar est défini comme suit : « Parasomnie à type de rêve pénible ou effrayant, accompagné d'angoisse, survenant principalement en fin de nuit, pendant un long épisode de sommeil paradoxal, généralement suivi d'un souvenir des éléments qui ont provoqué l'éveil.

 

Sa survenue sporadique affecterait environ un tiers des enfants, jusqu'à deux tiers des adolescents et un adulte sur quatre. Il est favorisé par certains médicaments comme les bêta-bloquants ou, à l'inverse, par le sevrage de certains hypnotiques. Observés chez le dixième des adultes, souvent indicatifs d'une anomalie de la personnalité, les cauchemars répétitifs sont fréquents également dans la névrose traumatique. Les cauchemars doivent être différenciés des terreurs nocturnes. »*

 

Dès lors, on comprend plusieurs choses essentielles à propos du cauchemar :

 

  • Il s’agit d’un rêve pénible ou effrayant.
  • Il touche plus les enfants que les adultes.
  • Certaines choses peuvent aggraver leur récurrence.

 

Pourtant, nous sommes tous plus ou moins touchés par les cauchemars, cela signifie donc qu’ils ont une véritable fonction pour le cerveau. Dès lors, on peut se demander pourquoi fait-on des cauchemars et pourquoi sont-ils nécessaires.

Pourquoi sont-ils nécessaires ?

D’un point de vue psychologique, les cauchemars peuvent être perçus comme la soupape de décompression du cerveau. Les événements et émotions vécus durant la journée qui n’auraient pas été exprimés ou refoulés peuvent s’exprimer durant la nuit à travers les mauvais rêves. C’est notamment le cas lorsque l’on fait des cauchemars récurrents, identiques ou encore lorsque l’on ne prête pas attention à des émotions négatives. Cela explique notamment que les cauchemars surviennent plus souvent dans les périodes de stress ou encore lorsque l’on vient de vivre quelque chose de difficile. Nos émotions et pensées profondes s’expriment alors durant le sommeil paradoxal dans le monde des rêves.

 

S’il est normal que certaines nuits soient impactées par un mauvais rêve, si le phénomène devient trop récurrent, c’est peut-être qu’il y a quelque chose à comprendre. Se demander pourquoi fait-on des cauchemars aussi souvent peut alors mener à une meilleure compréhension de soi et des difficultés que l’on traverse.

Dans quelle phase de sommeil faisons-nous des cauchemars ?

Les cauchemars ont lieu le plus souvent durant la phase de sommeil paradoxal. En effet, le sommeil peut être perçu comme un cycle en 4 étapes :

 

  • L’endormissement : on bâille et les idées commencent à s’embrouiller.
  • Le sommeil léger : on entend et on comprend, mais sans pouvoir agir.
  •  Le sommeil lent et profond : on n’entend plus rien.
  • Le sommeil paradoxal : on rêve.

 

Une fois que le cycle s’est produit, le cerveau et le corps repartent pour un nouveau cycle ou se réveillent, comme c’est souvent le cas lorsque l’on cauchemarde.

Qui est concerné par les cauchemars ?

Si vous vous demandez pourquoi fait-on des cauchemars, sachez que ce phénomène touche tous les âges à partir de deux ans. En effet, ils peuvent apparaître dès l’âge de 6 mois, mais se généralisent bien souvent vers 2 ans pour atteindre un pic vers l’âge de 3 ou 4 ans. C’est ce qui explique que les plus petits se plaignent de cauchemars dès leur plus jeune âge. Selon une étude canadienne*, ce sont la moitié des enfants de 4 à 9 ans qui font des cauchemars et la fréquence monte à 72% chez les 8 à 11 ans. Ensuite, elle diminue avec l’âge de l’enfant.

 

Selon les experts en la matière, il s’agit d’un phénomène tout à fait normal qui fait partie du développement psychologique de l’enfant. Ensuite, les cauchemars deviennent l’expression d’un stress ou des événements vécus durant la journée et touchent également les adolescents et les adultes.

En cas de cauchemar, s’agit-il d’un trouble du sommeil ?

S’ils n’impactent pas la qualité du sommeil et qu’ils ne sont pas trop fréquents, les cauchemars ne sont pas considérés comme des troubles du sommeil. En revanche, si l’on fait des cauchemars régulièrement et que cela entraine une peur du coucher, des réveils trop fréquents et autres problèmes de santé, on peut alors véritablement parler de troubles du sommeil. C’est aussi le cas lorsqu’il s’agit non pas de mauvais rêves, mais de terreurs nocturnes qui sont à différencier.

 

En d’autres termes, si les cauchemars se présentent trop souvent et affectent la qualité de vos nuits sur une période qui a tendance à durer, c’est qu’il est préférable de faire appel à un professionnel de santé. Cela peut être un médecin généraliste, un spécialiste du sommeil ou encore un professionnel de la psychologie qui vous aidera à comprendre les causes de ces mauvais rêves pour y trouver une solution concrète. Si vous avez la sensation que vos cauchemars prennent le pas sur votre vie et votre bien-être, n’hésitez donc pas à consulter.

Comment se rendormir ?

Après un mauvais rêve, il est parfois difficile de se rendormir, plus que de se demander pourquoi fait-on des cauchemars, il est intéressant de trouver des astuces pour retrouver le sommeil après un réveil nocturne. On peut tenter plusieurs de ses possibilités afin de se rendormir rapidement :

 

  • Revenir calmement à la réalité, observer votre environnement et vous rappeler que vous êtes dans votre lit en sécurité.
  • Pratiquer des exercices de respiration pour aider le corps et le cerveau à retrouver leur calme.
  • Pratiquer quelques étirements simples pour vous détendre.
  • Éviter de ressasser votre mauvais rêve et faire quelques pas pour penser à autre chose.
  •  Mettre une musique douce, de l’ASMR ou tout autre son qui peut vous aider à retrouver le sommeil.
  • Noter votre cauchemar pour vous libérer de cette pensée et y revenir plus tard si vous souhaitez mieux le comprendre.

 

Dans tous les cas, éviter les lumières trop fortes, les écrans, le bruit ou toute autre activité trop stimulante qui pourraient vous réveiller un peu trop brutalement. Vous auriez alors du mal à vous rendormir et ressentirez de la fatigue le lendemain matin.

Comprendre ses cauchemars

Plus que de savoir pourquoi fait-on des cauchemars, certains tiennent à en comprendre les causes, mais aussi le sens. En effet, les cauchemars sont un moyen intéressant d’apprendre à mieux se connaître, comprendre ses émotions et la cause de son stress. Dès lors, il est tout à fait possible de tenter d’en comprendre le sens, par exemple en travaillant avec un professionnel de la psychologie. En confrontant son histoire, ses émotions, ses ressentis et les événements actuels de sa vie, il est tout à fait possible de créer des liens pour mieux comprendre ses cauchemars.

 

Cela étant, il faut aussi garder à l’esprit qu’il s’agit d’un mode d’expression abstrait venant de l’inconscient. Tout analyser dans le détail n’est pas toujours possible ni utile. Les cauchemars peuvent aussi rester ce qu’ils sont : un exutoire ponctuel pour le cerveau.

Comment les éviter ?

Lorsque l’on se demande pourquoi fait-on de cauchemars, on souhaite généralement surtout les éviter. Et pour cause, s’ils ne sont pas graves, il ne s’agit pour autant pas d’une expérience très agréable, et d’autant pus si elle se produit régulièrement. Dès lors, certaines astuces peuvent être mises en place comme :

 

  • Opter pour un lit confortable qui permet de dormir paisiblement.
  • Éviter de trop chauffer la pièce ou d’utiliser une couette trop chaude durant la nuit.
  • Passer ses nuits dans une chambre propre et rangée.
  • Aérer régulièrement la pièce.
  • Trouver des moyens d’expressions et de libération du stress et des émotions négatives.
  • Bénéficier d’une hygiène de vie saine.

 

Une nouvelle fois, si les cauchemars sont trop impactants ou trop récurrents, vous pouvez tout à fait solliciter l’aide d’un professionnel de santé.

Sources :

En résumé,
Que faut-il retenir ?

Qu’est-ce qu’un cauchemar ?

Un cauchemar est un rêve stressant ou angoissant qui survient de manière ponctuelle et qui touche les adultes comme les enfants.

Pourquoi fait-on des cauchemars ?

Le plus souvent, le cauchemar est un moyen pour le cerveau de se libérer du stress et des émotions négatives de la journée.

Comment les éviter ?

Pour éviter les cauchemars, on recommande de passer ses nuits dans un environnement propice à un sommeil de qualité, mais aussi de prendre soin de son bien-être en journée.

Partager cet article

Simplifiez-vous la nuit et optez pour nos matelas Bultex

  • Matelas UNIVERSAL

    À partir de 632,00 €

    Le matelas Universal, doté de la technologie BULTEX® nano, propose la parfaite combinaison entre la fermeté et le moelleux de son accueil pour un excellent confort. Un confort de référence chez Bultex.

  • -40%

    Ensemble UNIVERSAL

    À partir de 593,40 € Prix normal 989,00 €

    L’ensemble matelas + sommier Universal propose la parfaite combinaison entre la fermeté et le moelleux pour un excellent confort.

  • Protège-matelas IMPER ET RESPIRANT

    À partir de 69,00 €

    Imperméable et respirant grâce à son tissu supérieur 100% viscose, ce protège matelas s’adapte à votre literie, entre 19 et 30 cm d'épaisseur.