Offre valable du 08/04/24 au 07/05/24

Marque la plus détenue : 14 561 personnes interrogées de février 2019 à mars 2023. Institut Iligo

Sommeil, santé & bien-être

Somnolence au volant : comment limiter les risques ?

Solène

4 avril 2024

Les risques de la somnolence au volant sont sérieux : elle est la cause d’un grand nombre d’accidents de la route. Quelques mesures sont à prendre avant votre trajet afin de rouler en forme et en sécurité.

 

Vous redoutez la survenue de la somnolence au volant et souhaitez savoir comment limiter ses risques ? Cet état de grande fatigue qui pousse à s’assoupir en conduisant est, en effet, très dangereux pour votre sécurité sur la route et pour celle des autres. La somnolence occasionne, en effet, un grand nombre d’accidents routiers et d’accidents mortels. Il suffit pourtant de quelques mesures pour la prévenir et pour prendre la route en toute sécurité et en pleine forme. Aux premiers signes de fatigue, vous devez impérativement vous arrêter le plus rapidement possible pour vous reposer. Bultex vous livre tous ses conseils dans cet article.

 

Qu’est-ce que la somnolence au volant ?

La somnolence au volant correspond à la difficulté à rester éveillé lorsque vous êtes au volant de votre voiture, que ce soit pour un court ou pour long trajet. Elle se différencie de la simple fatigue dont les signes sont des yeux qui piquent, une nuque raide, un dos douloureux ou encore un regard fixe. Vous avez alors du mal à rester concentré, mais la somnolence, elle, est plus dangereuse : vous n’arrivez pas à lutter contre le sommeil. La somnolence s’annonce par de nombreux bâillements et des paupières lourdes et peut induire des micro-sommeils de 1 à 4 secondes. 

L’importance des pauses lors de la conduite

Aux premiers signes de fatigue, avant même de ressentir ceux de la somnolence, il est vivement conseillé de s’arrêter dans un endroit sécurisé. Rejoignez pour cela une aire d’autoroute, une aire de services ou un parking sécurisé. Dégourdissez-vous les jambes, manger un morceau, allez aux toilettes et faites une courte sieste de 15 à 20 minutes. Dormir est en effet la seule solution pour lutter contre la somnolence. Une sieste de 20 minutes permet de récupérer jusqu’à 50 % de ses capacités physiques.

 

N'attendez pas, pour faire une pause, de ressentir des signes plus importants qui pourraient avoir de lourdes conséquences. Chaque conducteur a en effet une capacité de réserve dans laquelle il puise ses dernières ressources lorsqu’il est fatigué ou somnolent. Lorsque cette réserve est épuisée, la vigilance et l’attention décroissent très rapidement. Le risque de s’endormir au volant est alors important et imprévisible.

Impact sur la sécurité routière et les accidents de la route de la somnolence

La somnolence est la 2ème cause de mortalité sur autoroute. Elle occasionne 1 accident mortel sur 3. Par ailleurs, 8 à 15 % des accidents routiers sont dus à un assoupissement, la plupart ayant lieu entre minuit et 6 h du matin. 

 

Quand vous êtes dans un état de somnolence, vous avez en effet 8 fois plus de risques d’avoir un accident.

 

Conduite et somnolence : comprendre les facteurs aggravants

Le principal facteur engendrant la somnolence au volant est bien sûr le manque de sommeil. De nos jours, les Français dorment de moins en moins et accumulent de plus en plus de dette de sommeil. Alors que les préconisations sont à dormir entre 7 et 8 h la nuit pour être en forme, ils ne dorment en moyenne que 6h47. En outre, un tiers d’entre eux dort seulement 6 h par nuit.

 

Le risque d’accident mortel suite à un manque de sommeil peut être rapproché de celui induit par le taux d’alcoolémie dans le sang :

 

  • Être éveillé depuis plus de 17 h équivaut à un taux d’alcool dans le sang de 0,5 g/l ;
  • Dormir 5 ou 6 h est similaire à un taux de 0,8 g/l dans le sang ;
  • Une nuit de seulement 4 h représente jusqu’à 1,2 à 1,5 g/l dans le sang.

 

Par ailleurs, l’augmentation du temps de transport quotidien (1h20 en moyenne) accentue la dette de sommeil chronique. Il rend plus somnolent en journée, notamment lors de moments monotones comme la conduite.

 

Stratégies de prévention contre la somnolence au volant

Pour lutter contre la somnolence au volant, il est important de prendre la route dans de bonnes conditions et de suivre quelques conseils fondamentaux. Il s’agit cependant de mesures préventives avant la survenue de la somnolence. Si, néanmoins, vous ressentez la moindre fatigue au volant, la seule stratégie à adopter est de vous arrêter de conduire. Si, par ailleurs, vous souffrez de somnolence quotidienne, il est important de consulter votre médecin afin de prendre des mesures adaptées.

 

L’importance d’un sommeil de qualité

Lorsque vous effectuez un long trajet, vous devez absolument être reposé. Pour cela, rien de mieux qu’une bonne nuit réparatrice. Levez-vous à une heure habituelle pour prendre la route. De plus, évitez de rouler pendant les heures où la somnolence est la plus importante (entre 2 h et 5 h du matin et entre 13 h et 16 h). Ne partez jamais après une journée de travail sans vous être reposé au préalable.

 

La pause active

Pendant le trajet, faites des pauses régulières de 15 à 20 minutes, toutes les 2 heures, même si vous ne vous sentez pas fatigué. En effet, toute personne a des cycles de vigilance : ce sont des périodes de 2 heures après lesquelles l’attention diminue et la fatigue apparaît. Il est donc important de prévenir l’arrivée de la fatigue, de vous reposer et de vous dégourdir les jambes régulièrement pendant votre trajet.

 

Si vous êtes plusieurs conducteurs, relayez-vous pour bénéficier encore plus de repos.

 

Alimentation et vigilance

Avant et pendant le trajet, évitez de manger trop riche, et privilégiez des repas légers qui ne pèseront pas sur votre digestion et qui ne vous fatigueront pas. Pensez également à vous hydrater régulièrement pour rester en forme.

 

Impact de l’alcool et des médicaments

De nombreux médicaments sont contre-indiqués à la conduite car ils peuvent faire somnoler. Consultez bien la boîte de vos médicaments si vous devez en prendre avant de débuter votre voyage. Un pictogramme indique, en effet, si le médicament représente un danger pour la conduite. N’hésitez pas également à demander conseil à votre médecin.

 

De même, ne consommez pas d’alcool avant de prendre la route, même dans des quantités autorisées. L’alcool peut également faire somnoler et altérer la vigilance au volant.

Une conduite prudente

Lorsque vous roulez, respectez bien les limitations de vitesse. Une conduite à une vitesse excessive occasionne davantage de fatigue : votre cerveau doit se sur-adapter et traiter un maximum d’informations en un minimum de temps. 

Astuces supplémentaires

Pour limiter la somnolence, vous pouvez également prendre les mesures suivantes : 

 

  • Aérez l’habitacle de votre voiture pour amener de l’oxygène qui va vous tenir éveillé ;
  • Évitez de trop chauffer l’intérieur de votre véhicule, cela pourrait favoriser la somnolence ;
  • Consommez du café sur votre trajet : c’est un moyen très efficace pour lutter contre la somnolence au volant. Il permet, en effet, de rester vigilant sur une session de 2 heures. Attention toutefois, la caféine met 20 minutes à agir. Ce n’est donc pas un moyen immédiat pour lutter contre la somnolence, et elle ne doit pas se substituer à un arrêt reposant.

 

Comment s’auto-évaluer pour repérer la fatigue et la somnolence ?

Pour anticiper la survenue de la somnolence, il est important de bien connaître les signes de fatigue :

 

  • Les yeux picotent et les paupières sont lourdes ;
  • Des difficultés à conserver le regard fixe et à se concentrer sur la route ;
  • Une raideur à la nuque et aux épaules ;
  • Un besoin incessant de changer de position ;
  • Des jambes qui s’engourdissent.

 

Un seul de ces signes doit vous alerter : il est conseillé de vous arrêter au plus vite pour vous reposer.

 

En résumé,
Que faut-il retenir ?
Qu’est-ce que la somnolence au volant ?

La somnolence au volant est une fatigue intense avec une difficulté à rester éveillé et des possibles micro-sommeils de 1 à 4 secondes. C’est un état au-delà de la simple fatigue avec lequel il est très difficile de lutter quand il se présente.

Comment prévenir la somnolence au volant ?

Pour prévenir la somnolence au volant, il est nécessaire de bien dormir avant de prendre la route et de rouler à des heures raisonnables. Il est conseillé de faire des pauses régulières toutes les deux heures pour rester en forme tout au long du trajet. Il faut manger léger, respecter les limitations de vitesse, aérer régulièrement son véhicule et éviter la consommation d’alcool et de médicaments.

Que faire en cas de somnolence au volant ?

La seule chose à faire en cas d’arrivée des premiers signes de fatigue et de somnolence est de vous arrêter et de vous reposer. Pendant votre pause, étirez vos jambes, marchez, hydratez-vous, et surtout profitez d’une sieste de 15 à 20 minutes pour chasser cet état.

Partager cet article