Offre valable du 08/04/24 au 07/05/24

Marque la plus détenue : 14 561 personnes interrogées de février 2019 à mars 2023. Institut Iligo

Culture sommeil

Manque de sommeil & maladie

27 février 2024

Par Romain chercheur du sommeil,


La qualité de sommeil est reconnue comme un prédicteur important du statut immunitaire et, par conséquent, de la sensibilité au rhume.

Cet article a pour objectif de déterminer si la durée et l’efficacité de sommeil durant les semaines précédant une exposition virale seraient associées au risque de développer un rhume. Les participants à cette étude étaient 153 hommes et femmes sains âgés entre 21 et 55 ans.

Pendant 14 jours de suite, ils rapportaient leur durée et efficacité de sommeil des nuits précédentes ainsi que leur sensation de récupération. Suite à cela, les participants ont reçu des gouttes nasales contenant un rhinovirus, ont été placé en quarantaine et surveillés jusqu’à cinq jour après l’exposition pour le développement d’un rhume clinique (infection et présence de signes objectifs de maladie). Les résultats montrent que les participants qui dormaient moins que sept heures avaient 2.94 fois plus de chance d’attraper un rhume par rapport à ceux qui dormaient plus que huit heures. Il a été également démontré que ceux ayant une efficacité de sommeil inférieure à 92% avaient 5.5 plus de chance de développer un rhume par rapport à ceux ayant plus que 98%. Les auteurs de cette étude concluent qu’une faible efficacité de sommeil et une durée insuffisante dans les semaines précédant l’exposition à un rhinovirus étaient associées à une moindre résistance aux maladies infectieuses.

Source :Cohen et al. 2009 : Sleep habits and susceptibility to the common cold. Archives of Internal Medecine

Partager cet article